Nora Carmi – « Quelle paix ? »

Regard sur la paix – 5/7 – « Quelle paix ? » par Nora Carmi.

A force d’entendre le mot paix prononcé aux quatre coins du monde, on finit par se demander s’il a bien le même sens pour tous. Alors que toutes les religions parlent de paix, appellent à prier et agir pour elle, que des traités internationaux et des déclarations des droits de l’homme proclament la primauté de la vie humaine et appellent à la recherche de l’égalité et de la solidarité entre tous, pourquoi au XXIe siècle, vivons-nous dans un chaos angoissant qui risque de conduire à la destruction de l’humanité et plus généralement de toute vie ? De quelle paix s’agit-il donc ?

Pour nous, habitants du pays où la Paix a été proclamée [Israël/Palestine], il y a plus de deux millénaires, raisonne toujours la voix de Jésus Christ pleurant, au-delà de Jérusalem, sur le monde entier : « Si toi aussi, au moins en ce jour qui t’est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix, mais maintenant elles sont cachées à tes yeux » et Jésus prédit les afflictions que connaitra cette ville car « tu n’as pas reconnu que Dieu t’a visité » ( Luc 19 :41-43) Oui, cela a une signification particulière pour tout croyant et d’ailleurs la terre dite « sainte » n’est-elle pas le berceau de religions dans lesquelles le salut quotidien se décline en Salam, Shalom, Peace, Paix etc. ?

Pourtant, l’injustice et la violence règnent dans cette région qui devrait être un modèle d’accueil, de coexistence et d’harmonie, un témoignage à tous que l’humanité n’a pas perdu sa conscience et est déterminée à préserver un monde viable où les prochaines générations pourront jouir et partager librement l’espace, la terre, l’eau et la vie. Ce siècle passé de divisions entre deux peuples qui habitent sur la même terre qui appartient au Créateur, parviendra-t-il, un jour, à transformer la peine et la souffrance, abattant les murs physiques, mais aussi les barrières plus profondes de l’intolérance et de l’exclusion, pour lancer des ponts de compréhension et de tolérance ?

La paix est- elle simplement l’absence de guerre ? Pourquoi les processus de paix globale engagés depuis trente ans n’ont-ils pas réussi à satisfaire les parties en conflit et surtout les opprimés qui subissent une soumission humiliante et sont punis s’ils osent résister à l’injustice ? De quelle paix s’agit-il, si le but est en réalité d’imposer un faux calme, alors que le plus fort s’empare non seulement des terres et possessions du plus faible, mais vole aussi sa culture, sa dignité et sa vie ?

Comment atteindre cette paix si désirée ? En s’engageant dans la voie de la justice et de l’égalité ! Dès lors que nous sommes convaincus que chacun a le droit de vivre dignement, nous pouvons œuvrer en poursuivant justice et égalité pour construire la paix, en nous-même d’abord, dans notre communauté ensuite, puis au niveau de notre État et finalement du monde. Avons-nous vraiment le désir d’essayer ensemble ?

Alors, seulement, nous percevrons la signification du psaume de justice qui, avec la miséricorde, conduit à la paix et la réconciliation.

« Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent » (Ps 85-10) pour libérer les opprimés et les opprimants.

Nora Carmi

Retrouvez l’ensemble des textes de notre série « Regards sur la paix », ICI.

 

Image : Colombe de la paix (CC0)