Titre

François le diplomate

Sous titre

La diplomatie de la miséricorde

Auteur

Jean-Baptiste Noé

Type

livre

Editeur

Paris : Salvator, oct. 2019

Nombre de pages

200 p.

Prix

18 €

Date de publication

30 janvier 2020

En savoir plus

François le diplomate. La diplomatie de la miséricorde

L’auteur, docteur en histoire économique et directeur de la revue de géopolitique Conflits, avait déjà publié, en 2015, Géopolitique du Vatican (PUF)[1]. Dans cette nouvelle étude de 2019, il nous offre une présentation d’ensemble de la diplomatie déployée par François dans le monde. Le premier intérêt de cet ouvrage est donc de nous faire connaître les différentes facettes de l’action du pape actuel et de revisiter la situation du monde présent.

La première partie de l’ouvrage présente l’achèvement de l’œuvre de Benoît XVI, d’abord en ce qui concerne l’Europe, puis la Russie, Cuba, le Venezuela, Centrafrique et le Soudan du Sud.

Contrairement à ses prédécesseurs, Jean-Paul II et Benoît XVI, François est étranger à notre continent et n’accorde sans doute pas à l’Europe la même importance qu’eux. Sa vision de l’Europe n’en est pas moins affirmée dans quatre grands discours d’où il ressort une insistance particulière sur l’apport privilégié fait par l’Europe dans le domaine de la « responsabilité de la personne, avec son ferment de fraternité évangélique » (p. 24).[2]

Il s’agit de promouvoir la dignité de la personne humaine en défendant ses droits, lesquels ne sont pas à vivre de façon individualiste mais ont un sens universel.

À remarquer, la primauté donnée par François à l’espace sur le temps. L’Europe est multipolaire : elle est faite de nombreux pôles culturels, religieux et politiques en tension et qui forment ensemble un polyèdre où l’unité du tout conserve la particularité de chacune des parties. Enfin, l’Europe représente « un patrimoine d’idéaux et de spiritualité unique au monde qui mérite d’être proposé à nouveau avec passion » (p. 36).

L’auteur s’étend ensuite sur la diplomatie pontificale au sujet de la Russie, avec la difficile question de l’Ukraine et la rencontre entre François et le patriarche Kirill[3]. Pour l’auteur, Russie et Saint-Siège partagent une vision commune du monde, celle d’une mondialisation multipolaire où chaque culture doit être respectée. Partout, François « cherche à initier des processus et à créer un dialogue » (p. 72). Il s’agit de faire face à la « troisième guerre mondiale par morceaux », expression désignant le fait que les différents conflits dans le monde sont reliés et inscrits dans un même grand jeu.

Après avoir exposé brièvement la pensée de trois diplomates importants du Vatican : le cardinal Pietro Parolin, Mgr Paul Richard Gallagher (qui met en avant l’idée d’une « saine laïcité ») et Mgr Bernardito Auza, l’auteur présente plus en détail la pensée du cardinal Jean-Louis Tauran, notamment par rapport au monde musulman[4]. Il n’oublie évidemment pas la rencontre entre François et le grand iman de la mosquée Al-Azhar, qui a donné lieu au célèbre Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune[5].

Un chapitre est spécialement consacré au point de vue de François sur la question des migrants, si importante qu’elle constitue l’élément central de son pontificat.

L’auteur nous livre des pages fortes sur l’avenir de la foi et du rôle de l’Église en Amérique latine et en Afrique, régions où « le déploiement de l’indigénisme, l’opposition à l’Occident et le retour des identités rendent précaire l’avenir de l’Église, alors que la diplomatie du Saint-Siège est d’autant plus influente que les catholiques sont plus nombreux.

L’étude s’achève par une présentation des rapports du Saint-Siège et de la Chine.

Nous disposons donc là d’un livre éclairant, documenté, qui donne à réfléchir sur la diplomatie vaticane autant que sur notre monde.

Alain Durand

 

Notes de la rédaction :

[1] Cf. Revue Conflits et livre Géopolitique du Vatican / J.B. Noé.- Puf, 2015. On pourra écouter sur le site de la revue Conflits  l’entretien avec Jean-Baptiste Noé (mené par Tigrane Yegavian) : https://soundcloud.com/revue-conflits/geopolitique-du-vatican-entretien-avec-jean-baptiste-noe (durée : 45 mn).

[2] On trouvera, sur notre site, les discours du pape François sur l’Europe, réunis dans Repenser l’Europe : la personne et la communauté.- Salvator, 2018

[3] Cette rencontre « historique » a eu lieu à Cuba, le 12/02/2016 ; qu’a-t-elle changé ? Lire dans La Croix l’analyse de Nicolas Senèze (à Rome) et Samuel Lieven.

[4] Cf. Tout le ch.5 : Jean-Louis Tauran (1943-2018) est l’une des grandes figures de la diplomatie pontificale des dernières décennies. Collaborateur de 3 papes successifs, il fut, notamment, secrétaire pour les relations avec les Etats (1990-2003) et président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (2007-2018). A lire, sur notre site, ses nombreuses interventions dont sa proposition de 4 règles de vie pour la paix au Moyen-Orient , sa préface au livre : Le prêtre et l’imam / Christophe Roucou, Tareq Oubrou ; son livre Je crois en l’homme /Jean-Louis Tauran.- Bayard, 2016. 

[5] On pourra lire, sur notre site, le texte intégral de la déclaration d’Abou Dhabi, sur La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune et les 2 analyses qu’en font Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran (Algérie) ; et celle du P. Henri de la Hougue, professeur de théologie à l’Institut de science et théologie des religions (ISTR) de l’Institut catholique de Paris (ICP), et coprésident du Groupe de recherche  islamo-chrétien (GRIC).