Jean-Claude Petit – « A Bethléem, la Paix s’impose au cœur de la foi chrétienne »

Regard sur la paix – 1/7 – « A Bethléem, la Paix s’impose au cœur de la foi chrétienne » par Jean-Claude Petit.

D’année en année, au registre des fêtes de l’humanité entière, le temps de Noël continue de tenir la tête du peloton avec ses jours et ses nuits de lumière, ses cadeaux multipliés, ses joies partagées et j’en passe… Mieux encore, me semble-t-il, plus que les autres fêtes de l’année, Noël nous « fait du bien ». En sera-t-il autant cette année ?

Rien n’est moins sûr tant flotte, un peu partout sur la planète, un sentiment d’inquiétude à propos du présent et de l’avenir de notre monde. Les multiples atteintes aux droits de l’homme… “et des enfants” ne l’oublions pas, l’utilisation grandissante de la torture, les injustices de tous ordres, la montée dangereuse des nationalismes et des populismes, sans oublier celle des terrorismes, sont seulement quelques exemples des atteintes à la paix qui se multiplient dans l’univers entier aujourd’hui et dont nous parlent peu les médias et les responsables politiques.

Membres d’un Réseau qui se veut le « Réseau citoyen des acteurs de paix », nous ne pouvons pas, nous ne devons pas rester indifférents ni insensibles à ce constat de moins en moins contestable. Pour autant, ne fuyons pas trop vite ni trop facilement dans les « y’a qu’à » inutiles ou dans les critiques faciles des dirigeants du monde. Le pape François en personne nous a donné l’exemple, il y a déjà plusieurs années, en attirant notre attention sur les éléments grandissants d’une possible troisième guerre mondiale. Mais il ne l’a pas fait en homme politique. Il a parlé en croyant, soucieux du présent et de l’avenir de ses frères humains, en conformité avec sa foi au Christ, Fils de Dieu, Prince de la Paix.

« Prince de la Paix », tel est bien en effet le nom extrait, dans la Bible, du Livre d’Isaïe, nom qui est donné à « Jésus », « Fils de Dieu », à sa naissance à Bethléem, comme en témoigne le psaume 95 chanté à la messe de minuit :

                « Aujourd’hui un sauveur nous est né, c’est le Christ,
                le Seigneur, il vient pour gouverner le monde avec justice. »

Autrement dit, nous sommes là non seulement aux racines de la foi chrétienne mais aussi à son cœur même. Or, nous le savons : devenu homme, Jésus, le Prince de la Paix, ne se contentera pas de ce titre dans sa vie publique, il le justifiera et le concrétisera par le don de sa propre vie à l’humanité entière. Mieux encore, si j’ose dire, il nous associera à lui, chacune et chacun de nous, quand il dira dans les Béatitudes :

               « Heureux les acteurs de paix, ils seront appelés Fils de Dieu. »

Conclusion de ce rappel capital : plus que jamais, chers amis de Chrétiens de la Méditerranée et de Pax Christi, à l’exemple du Pape François, il convient de lier à notre foi notre engagement pour la paix. Confirmation nous en est donnée solennellement dans ses Actes par le concile Vatican II lui-même, quand il y est écrit : « La paix terrestre, qui naît de l’amour du prochain est, elle-même, image et effet de la paix du Christ qui vient de Dieu le Père. Car le Fils incarné en personne, Prince de la Paix, a réconcilié tous les hommes avec Dieu par la croix. Il a tué la haine dans sa propre chair et, après sa résurrection, il a répandu l’esprit de charité dans le cœur des hommes. C’est pourquoi tous les chrétiens sont appelés à se joindre aux hommes véritablement pacifiques pour instaurer la paix. »

Pour nous qui avons mis la foi au cœur de nos vies, la paix est une chose trop sérieuse pour être réservée uniquement aux politiques et aux diplomates. La paix est notre affaire, notre mission de chrétiens. C’est l’Évangile qui est notre guide.

Petit cadeau de Noël : celles et ceux qui le souhaitent trouveront  ici la « Charte des chercheurs de paix », écrite par les Fraternités monastiques de Jérusalem. Une façon de nous associer dans la réflexion et la prière à nos sœurs et frères du Proche- et du Moyen-Orient, en attente de paix plus que jamais.

 

Jean-Claude Petit
Président d’honneur de Chrétiens de la Méditerranée

 

N.B. : Ceux qui souhaitent prolonger cette réflexion pourront lire le livre d’Andrea Riccardi, La Paix préventive : raisons d’espérer dans un monde de conflits (Ed. Salvator, 2005).

Retrouvez l’ensemble des textes de notre série « Regards sur la paix », ICI.

 

Image : Colombe de la paix (CC0)