Semaine Mondiale pour la paix en Israël Palestine

LA SEMAINE MONDIALE POUR LA PAIX EN ISRAEL PALESTINE

« Agissez avec nous pour libérer tous les peuples de cette terre de la logique de haine, de rejet mutuel et de mort, afin que chacun puisse voir dans l’autre, l’image et la dignité qui viennent de Dieu.

Joignez votre voix à la nôtre quand nous interpellons les pouvoirs et osons mettre un nom sur les injustices que nous constatons et subissons.

L’occupation illégale a volé la vie de deux générations des peuples de cette terre déchirée et menace la prochaine de sombrer dans le désespoir et la rage. »

C’est pour tenter de relever le défi ainsi lancé par les Eglises chrétiennes d’Israël et de Palestine à leurs sœurs d’Occident, que le Conseil Œcuménique des Eglises (1) a tenu à Amman, du 18 au 20 juin 2007, une conférence qui a rassemblé 130 responsables d’Eglises et de mouvements d’Eglises venant de six continents.

Il a bien sûr été question du programme EAPPI (2) lancé en 2001, de sa pertinence et de la nécessité de le poursuivre, et c’est en quelque sorte un instrument complémentaire dont se sont dotés les participants à la conférence d’Amman : le Forum Œcuménique pour la Palestine et Israël dont la mission consiste à « catalyser et coordonner le travail de plaidoyer des Eglises pour la paix, en vue de mettre fin à l’occupation illégale de la Palestine, selon les termes des résolutions des Nations Unies et des Conventions de Genève ».

L’action du Forum Œcuménique devra répondre à trois impératifs fondamentaux :

  • L’impératif éthique et théologique d’œuvrer pour une paix juste,
  • L impératif œcuménique d’agir dans l’unité
  • L’impératif biblique qui commande de manifester une solidarité effective.

Les postulats qui doivent sous-tendre l’action du Forum Œcuménique sont notamment : le droit international, les droits des Palestiniens à l’autodétermination et au retour, Jérusalem devant être une ville ouverte et partagée par les deux peuples et les trois religions, la paix régionale étant inséparable d’une paix juste en Israël et en Palestine.

Le Forum Œcuménique qui s’est constitué au lendemain de la conférence d’Amman, a lancé l’idée d’une semaine mondiale au cours de laquelle les responsables d’Eglises et de mouvements d’Eglises seront invités à informer et à organiser des débats sur la situation en Israël/Palestine et à y consacrer leurs célébrations religieuses. Pour les y aider, ils reçoivent des dossiers traitant du thème choisi (le Mur, les colonies, les démolitions de maisons, les enfants prisonniers…), une liturgie préparée par des Palestiniens et bien sûr une prière. Cette prière a pu émaner des treize chefs d’Eglises de Jérusalem, plus souvent de Mgr Michel Sabbah, [patriarche latin émérite de Jérusalem] ou bien des pasteurs des paroisses luthériennes de Bethléem et de Ramallah. De 2008 à 2013, la Semaine mondiale avait lieu durant la première semaine de juin, et depuis lors c’est autour du 21 septembre qu’elle se déroule, de manière à inclure la Journée internationale de prière pour la paix.

Année après année, « Amis de Sabeel – France » traduit en français les documents et prières proposés par le Forum Œcuménique. Voici la prière de la présente Semaine mondiale qui a lieu du 13 au 21 septembre.

Seigneur,

Nous te supplions de venir au secours des peuples qui vivent dans cette région où Jésus est né et a vécu et où ton Esprit a répandu en premier le message de ta miséricorde.

Nous te présentons toutes leurs souffrances et leurs détresses. Celles engendrées par les bombardements incessants sur la bande de Gaza, soumise de surcroît à un blocus impitoyable. Et celles aussi provoquées par l’occupation, les colonies qui ne cessent de s’étendre à Jérusalem-Est et dans le reste de la Cisjordanie, dépossédant chaque jour un peu plus les Palestiniens qui y vivent de leur terre et de leur eau, tandis que les militaires démolissent leurs maisons et arrêtent leurs enfants.

Nous te prions pour ceux qui n’en peuvent plus et choisissent l’exil.
Nous te prions pour ceux qui ne peuvent pas partir ou qui décident courageusement de rester au service de leur peuple, au nom même de ton évangile de paix et de justice.
Donne-leur sagesse, force et persévérance pour dire ta grâce au milieu de la violence et des déchirures humaines.

Nous te rendons grâce pour les initiatives du Conseil Œcuménique des Eglises, notamment pour cette Semaine pour une paix juste en Palestine-Israël, qui se déroule pour la 13ème année consécutive et mobilise chaque fois plus d’Églises et de mouvements d’Églises.

Nous te rendons grâce aussi pour la diversité et la richesse spirituelle des Églises orientales. Donne à leurs responsables le discernement théologique et pastoral nécessaire pour transmettre aux peuples au milieu desquels tu les a placés ton message de courage et de persévérance, qui éloigne la tentation de la peur et du repli identitaire.

Que ton Esprit guide les Églises d’Occident pour qu’elles acceptent de vivre en communion et en solidarité avec leurs sœurs de Palestine et d’Israël.

Et que la paix vienne enfin sur cette terre !

Nous te le demandons au nom de Jésus-Christ, notre Seigneur.

AMEN

Christiane Gillmann

Administrateur de CDM

 

(1) Le Conseil Œcuménique des Eglises s’est constitué au lendemain de la deuxième guerre mondiale, autour des églises protestantes historiques, c’est-à-dire les Eglises luthériennes et les Eglises réformées (qui se sont formées autour de trois réformateurs : le suisse Ulrich Zwingli, l’écossais John Knox et le français Jean Calvin) rejointes par les Anglicans puis à partir des années 60, par l’ensemble des églises orthodoxes. Le Conseil Œcuménique des Eglises qui est basé à Genève, entretient des rapports étroits et fructueux avec le Vatican, notamment dans le domaine théologique.

(2) Lorsque l’actuelle pandémie l’a provisoirement suspendu, le programme EAPPI (Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel) avait permis l’envoi – et la présence, trois mois durant et par équipes de trois, auprès des villages particulièrement menacés par colons et militaires, ainsi qu’à Jérusalem-Est et à Hébron – de plus de 1.800 EA (accompagnateurs œcuméniques) venant de plus de 30 pays.)

Retour à l’accueil