Parlons démographie, par René Valette.

La question des migrations est liée à celle de la situation démographique, même si elle tient aussi à des conditions politiques (dont l’état de guerre) et économiques. Nous avons demandé à René Valette, profeseur et vice-Recteur émérite de l’Université Catholique de Lyon, de faire le point sur la situation démgraphique de la planète. Economiste et démographe, il continue à faire des conférences sur ces thèmes et nous le remercions d’avoir confié à Chrétiens de la Méditerranée, dont il est adhérent, le fruit écrit de ses travaux, rendant accessibles de manière très pédagogique les études fondamentales sur lesquelles il s’appuie. Il fait ici un panorama d’ensemble en relevant les situations remarquables de l’Afrique (en forte croissance) et de la Chine (en forte décroissance). Dans un prochain article il s’attachera principalement aux conséquences pour l’Afrique et l’Europe de la situation.

-o-

La division de la population de l’ONU publie régulièrement des données statistiques sur la population du monde, sa dernière mouture date de 2022 (1).

Pour les décennies qui suivent sa date de publication, elle donne toujours trois projections, l’une, basse, l’autre, moyenne, l’autre enfin, haute quant à l’évolution attendue du peuplement de notre planète. Jusqu’à ce jour la réalité s’est avérée très proche de l’hypothèse moyenne, avec il est vrai des écarts en plus et en moins pour certains pays mais sans que ça altère les estimations globales dites moyennes.

En septembre 2022 l’INED (Institut National d’Etudes Démographiques), en France a publié un excellent numéro de sa revue Population et Sociétés intitulé “Tous les Pays du Monde 2022” (2). C’est une mine d’informations fiables, extrêmement intéressantes. Les sources de l’INED sont largement la division de la population de l’ONU auxquelles s’ajoutent des statistiques économiques de la Banque Mondiale.

Dans ce texte et dans le suivant qui sera publié dans quelques semaines les données utilisées sont celles émanant des organismes précisés ci-dessus.

L’EXPLOSION DÉMOGRAPHIQUE EST DERRIÈRE NOUS

En 1972 le club de Rome (né en Italie en 1968) publiait un rapport élaboré à sa demande par Donella et Dennis Meadows du MIT de Boston sur l’avenir de la planète. Le texte publié en anglais sous le titre The Limits to Growth devint en français Halte à la croissance ? Bien que parfois critiqué par la méthodologie employée et par les conclusions jugées trop alarmistes le rapport connut un très grand succès. Il fut publié en 37 langues et tiré à 12 millions d’exemplaires. En matière démographique il préconisait la fin la plus rapide possible de la croissance de la population mondiale. Il préconisait aussi la fin de la croissance économique.

Il est vrai qu’à la fin de la décennie 1960-1970 la population de la terre augmentait au rythme de 2,1 % par an. A ce taux une population double tous les 35 ans. Jamais la planète n’avait été confrontée à un tel défi.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Le rythme s’est considérablement ralenti puisqu’il est légèrement inférieur à 1 %. L’indice synthétique de fécondité (nombre moyen d’enfants par femme) est passé de 3,2 en 1970 à 2,3 en 2022. Pour assurer le renouvellement des générations il doit être de 2,1.

La population de la planète devrait atteindre 8 milliards d’habitants à la mi-novembre 2022. Le pic de population est estimé par l’ONU pour 2086 à 10,43 milliards d’habitants. A partir de cette date la population devrait donc progressivement diminuer. Une revue scientifique fiable, The Lancet, prévoit même un pic en 2064 à 9,7 milliards de Terriens mais cette estimation est généralement considérée comme peu probable.

En tout état de cause on peut donc écrire que l’explosion démographique est bien derrière nous.

 

DES SITUATIONS TRÈS CONTRASTÉES

La réalité globale cache des situations très différentes selon les continents. La population de l’Afrique devrait presque doubler d’ici 2050 passant de 1,427 milliards d’habitants à 2,485 milliards. En Afrique centrale mais aussi en Afrique occidentale et orientale, selon les mêmes sources onusiennes elle va même plus que doubler, or il s’agit des zones économiquement les plus pauvres de la planète.

Simultanément la population de l’Europe va très sensiblement diminuer. En Europe méridionale, de 152 millions en 2022 elle descendrait à 136 millions en 2050. En Europe occidentale ce serait respectivement 196 et 194 millions, en Europe orientale 290 et 260 millions et en Europe septentrionale 107 et 111 millions. La faible baisse et la légère hausse dans une partie de l’Europe sont dues bien sûr à l’apport de l’immigration venue d’autres continents.

Le nombre moyen d’enfants par femme s’établit à 5,6 en Afrique orientale, 4,9 en Afrique occidentale (6,7 au Niger) et 4,2 en Afrique orientale.

En Europe pour l’ensemble du continent il est à 1,62 donc bien loin de celui qui est nécessaire pour assurer le renouvellement des générations, à 2,1.

Les raisons de cette forte croissance démographique africaine et les multiples conséquences du différentiel de croissance avec l’Europe seront analysées dans le prochain texte.

 

QUE SE PASSE-T-IL EN CHINE EN MATIÈRE DÉMOGRAPHIQUE ?

Certes la Chine n’est pas l’espace géographique auquel s’intéresse plus particulièrement l’association Chrétiens de la Méditerranée mais ce qui se passe dans ce pays peuplé de 1,429 milliards d’habitants a bien sûr des répercussions planétaires.

Après la période Mao où le parti communiste au pouvoir se réjouissait de la forte croissance de la population, a succédé celle, rigoureuse, pour ne pas dire brutale de Deng Xiaoping, politique dite “de l’enfant unique”. Mise en oeuvre en 1979 elle connut un assouplissement en 2013 et fut abandonnée en 2016. Depuis 2021 l’accueil d’un troisième enfant est même encouragé. Dans un prochain article les conséquences négatives dans plusieurs domaines de cette politique seront analysées mais en matière démographique les résultats obtenus sont spectaculaires. Ainsi le nombre moyen d’enfants par femme n’est plus que 1,2, un des plus bas de la planète. Parmi les conséquences strictement démographiques de cette situation on peut d’ores et déjà noter qu’avant la fin de la décennie ce ne sera plus la Chine mais l’Inde qui sera le pays le plus peuplé de la planète. Pour 2050 l’estimation de l’ONU est de 1,313 milliard pour la Chine et 1,670 milliard pour l’Inde. La baisse de la population chinoise s’avère inéluctable et a déjà de multiples effets.

 

René Valette

Lyon le 4 novembre 2022

 

En plus de ses activités académiques, René Valette a eu des engagements militants importants, en particulier en tant que Président du CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement)-Terre Solidaire. En relèvent ces actions de sensibilisation auxquels il est toujours fidèle.

Suite et fin dans quelques semaines.

(1) Nations unies, 2022 – Division de la Population, World Population Prospects: the 2022 Revision (https://population.un.org/wpp/).

(2) N° 603, Tous les pays du Monde 2022, septembre 2022, https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/tous-les-pays-du-monde-2022/

Voir aussi le n° 604, octobre 2022, Huit milliards d’humains aujourd’hui, combien demain ?, https://www.ined.fr/fr/publications/editions/population-et-societes/huit-milliards-d-humains-aujourdhui-combien-demain/

Image gratuite Gerd Altmann de Pixabay 

Retour à l’accueil