Titre

La violence

Auteur

Philippe Abadie

Type

livre

Editeur

Nouvelle Cité, Janvier 2015

Collection

Ce que dit la Bible sur...

Nombre de pages

125 p.

Prix

13 €

Date de publication

30 novembre 2015

La violence

Ce treizième volume de la collection rassemble des « entretiens faciles à lire et riches d’enseignement ». Il a pour auteur Philippe Abadie[1], professeur à la faculté de théologie de l’université catholique de Lyon, docteur en histoire des religions, anthropologie religieuse et science théologique, élève titulaire de l’Ecole Biblique et Archéologique française de Jérusalem.

En commentant un certain nombre de récits de violence (choisis parmi ceux où l’on voit se détruire et s’exterminer des peuples, des rois et des individus,  ou dans lesquels Dieu lui-même encourage son peuple à de tels massacres parfois même en lui reprochant de ne pas les avoir réalisés), l’auteur invite à se garder de toute lecture fondamentaliste : « un détour par l’histoire de la production des récits bibliques, pour insuffisant qu’il soit, s’impose […] nous sommes dans une relecture croyante de l’histoire » pour éclairer le présent… Par exemple, « le scénario (du livre de Josué) correspond mieux à la brutalité des invasions assyriennes dans la région à partir du VIIIe siècle avant Jésus Christ qu’à un lointain passé dont Israël aurait conservé la mémoire »(p. 48-49).

Philippe Abadie part d’une conviction : « si la Bible nous parle de Dieu, elle est aussi une écriture humaine. En d’autres mots, la Bible, Ancien et Nouveau Testament, est autant le reflet de ce que nous sommes (des êtres fragiles, parfois marqués de violence) que de Dieu lui-même. Et bien des idées que l’on prête à Dieu sont aussi des idées que les hommes se font de Dieu »(p. 10-11). Il s’attache ainsi à contextualiser la Bible d’abord en reliant les récits aux situations que vit le peuple juif, ensuite en les situant par rapport aux grands mythes des civilisations qui l’entourent.

Au fil de ses commentaires, il nous invite à éviter « un triple piège : d’abord celui de juger les récits bibliques à l’aune d’un « religieusement correct » qui exclut toute violence du texte ; ensuite de méconnaître le caractère foisonnant de la Bible en gommant bon nombre de contrastes, de heurts, de paradoxes, et même de contradictions au profit d’un texte lisse et sans vie ; enfin, en rendant passif le rôle du lecteur, au risque de rendre vaine l’interrogation fondamentale : comment lis-tu ? « (p. 64).

Au total, ce livre de vulgarisation, où l’on retrouve la dynamique de la conversation, répond bien à l’objectif de la collection qui est de permettre au lecteur « d’accéder avec justesse et finesse aux paroles de vie » que contient ce best-seller mondial qu’est la Bible.

Yves Dupuy


[1] On pourra aussi écouter l’entretien de Philippe Abadie sur La violence dans la Bible, donné à RCF (Radios chrétiennes francophones)