Titre

La Méditerranée n’est pas une étoile morte

Auteur

Thierry Fabre, sous la dir. de ; La Fabrique de Méditerranée

Type

livre

Editeur

Arles : Arnaud Bizalion, mai 2019

Collection

Styles de vie ; 1

Nombre de pages

190 p.

Prix

24 €

Date de publication

26 septembre 2019

En savoir plus

La Méditerranée n’est pas une étoile morte

Publié[1] avec le soutien de la Fondation IMéRA de l’Université Aix-Marseille[2], cet ouvrage prolonge un atelier de recherche sur « Les styles de vie en Méditerranée » qui s’est tenu à l’IMéRA en 2018. Il est rare que l’on réussisse à saisir aussi clairement des éléments communs aux rives multiples de la Méditerranée. Le plus souvent, les travaux et les stratégies se concentrent sur les pourtours nord ou les régions sud de cette mer intérieure, tant le développement et les cultures semblent s’opposer à une vision globale de cet ensemble.

Évoquer un style de vie commun demande une véritable recherche, qui sorte des clichés d’hier sur la sieste, l’honneur ou le machisme. L’invention du quotidien de Michel de Certeau[3] nous ouvre des routes nouvelles à partir des façons de vivre et d’habiter le monde. Les préoccupations sur la nourriture ont rendu célèbre le régime méditerranéen et ses bienfaits, contre l’obésité notamment. La référence répétée, dans tout ce volume, à Braudel garantit une ouverture au temps long des civilisations. L’aide de multiples photographies permet des illustrations concrètes et une autre ouverture au sentir des mondes de cette mer intérieure.

Différents thèmes sont discutés : l’hospitalité est une valeur chère à l’ensemble du bassin méditerranéen, mais l’actualité montre que la Méditerranée est au contraire devenue un immense cimetière marin où « les corps privés de vie remplacent les coraux ». Dans cet espace, l’étranger n’a pas toujours été considéré comme un ennemi.

Dans ce panorama, les questions culinaires forment un élément culturel central pour nous ouvrir au régime méditerranéen, que nous avons cité, qui depuis quelques années est très en vogue et avec lui les poissons et les fruits de mer. Curieusement il arrive que ce régime de santé ne soit même pas pratiqué dans les limites des pays riverains, notamment au sud. Le surpoids est une caractéristique de l’Égypte ou de la Libye. C’est plutôt dans les pays développés que ce régime de santé est largement pratiqué.

La musique est un lieu d’ouverture partagée par tous, avec des caractéristiques régionales qui peuvent changer entre le Nord et le Sud, au gré des influences qui viennent parfois de fort loin, du Nord de l’Inde ou de l’Asie centrale. Le flamenco a une identité propre qui a bouleversé la planète dans des éclairs virtuoses et qui dépasse le monde espagnol ou tzigane. Il est toujours passionnant de confronter les répertoires traditionnels de plusieurs régions de Méditerranée sur une même scène. On retrouve alors cette tension dans une identité qui se construit petit à petit. « Le vrai voyage intérieur. La musique comme la poésie se nourrissent de cette source ».

De leur côté, les artistes, photographes, sculpteurs, cinéastes et poètes ont un rôle pour faire exploser les menaces de l’autoritarisme et de la peur de l’étranger. Ils ont la capacité de créer un trait d’union entre les deux rives.

Un des auteurs, Dionigi Albera, utilise largement Braudel pour montrer que les religions ne fusionnent jamais mais qu’il peut y avoir beaucoup d’imprécations dans les grammaires des différentes religions, à travers les figures de sainteté comme la Vierge Marie, ou dans les sanctuaires où se côtoie la diversité des croyants. Le croire est finalement très mobile et les affinités existent sur les actes et les objets religieux.

Cet article, très Braudélien, s’achève sur un regard sur les ports méditerranéens, toujours bigarrés et cosmopolites, que ce soit Venise, Alger, Salonique ou Marseille. Ils représentent exactement ce tiers-espace qui n’appartient pas vraiment à un pays particulier mais qui résume le style de vie de toute une région.

On l’aura compris, le kaléidoscope de ce volume est un magnifique reflet poétique et intellectuel de la Méditerranée.

Pierre de Charentenay

 

Notes de la rédaction

[1] Publié sous la direction de  Thierry Fabre, fondateur des rencontres d’Averroès, à Marseille, ce livre dont il annonce en « Ouverture » le thème A la recherche d’un style de vie à la Méditerranéenne, est écrit  par 17 autres auteurs : Dionigi Albera, Pascal Amel, Kader Attia, Fethi Benslama, Enrico DonaggioPierre Giannetti, Sadika Keskes, Driss Ksikes, Carla Makhlouf Obermeyer, Thierry Paquot, Henri de Pazzis, Titi Robin, Sana Tamzini, Mohamed Tozy, Hyam Yared (textes), Bernard Plossu, Franck Pourcel (photographies).

De Thierry Fabre, on pourra lire également, à propos du  Sommet des deux rives qui s’est tenu à Marseille, les 23-24 juin 2019, son article paru dans Esprit, juin 2019 : Entre les deux rives

[2] Cf. IMéRa

[3] Michel de Certeau.- L’invention du quotidien 1. Arts de faire ; L’invention du quotidien 2. Habiter, cuisiner .-Gallimard, 1990 et 1994.- (Folio essais ; 146 et 238)