Titre

La Bible, quelles histoires !

Sous titre

Entretien avec Estelle Villeneuve

Auteur

Thomas Römer

Type

livre

Editeur

Bayard éditions, Labor et Fides, 13/02/2014

Nombre de pages

287 p.

Prix

19,90 €

Date de publication

6 mai 2015

En savoir plus

La Bible, quelles histoires !

La Bible, quelles histoires ! est un livre d’entretiens de Thomas Römer – professeur d’Ancien Testament à l’Université de Lausanne, et au Collège de France (chaire Milieux bibliques) – avec Estelle Villeneuve, journaliste au Monde de la Bible, archéologue, chercheur associé à l’ArScAn, unité mixte de recherche CNRS/Université (Archéologie des Sciences de l’Antiquité).

Dans le premier chapitre, Thomas Römer parle de son itinéraire intellectuel, ce qui lui permet de préciser comment il en est venu à s’intéresser principalement au Pentateuque[1] et  quelle méthode il utilise dans ses recherches.  Il souhaite faire découvrir les textes bibliques dans leur dimension historique, en amont des formulations dogmatiques auxquelles ils ont pu donner naissance. Fervent défenseur de la méthode historico-critique, il relève les couches successives de composition des textes pour identifier les conditions politiques et sociales de leur production : « ce qui est intéressant, c’est de comprendre comment un texte se construit en écho aux circonstances historiques et sociales ».

Dans les deux chapitres suivants, il présente la formation du Pentateuque, et ce qu’il nomme le grand puzzle des traditions d’Israël. L’enjeu est de savoir si le Pentateuque donne à voir une histoire sainte continue qui serait l’histoire du peuple élu ou l’assemblage de traditions disparates et parfois contradictoires pour constituer un « livre de famille » dans lequel des populations diversifiées pourraient se reconnaître. Alors que la « théorie documentaire » supposait que tous les documents (yahviste, élohiste, deutéronomiste, sacerdotal) suivaient le même fil chronologique depuis La Genèse jusqu’à la mort de Moïse, l’enquête menée par Thomas Römer aboutit plutôt à identifier deux grands ensembles de traditions, « deux types de récits qui s’adressaient de toute évidence à deux milieux différents et qui n’étaient pas destinés, à l’origine, à fonctionner ensemble : la saga des Patriarches d’un côté, et les aventures de Moïse, de l’autre […] deux récits concurrents qui servaient de légitimation à deux composantes de la population : les Judéens « de souche » […] et leurs coreligionnaires  « de l’immigration »… » (p.89, 91).

En retraçant la grande histoire du Dieu de la Bible, le quatrième chapitre montre enfin qu’il n’y a pas un passage progressif du polythéisme au monothéisme en passant par la monolâtrie (Yahvé est le seul Dieu d’Israël, mais les autres nations peuvent légitimement avoir le leur), mais qu’on peut découvrir la coexistence de visions (un dieu orage, un dieu chef de guerre, un dieu montagne, une cour céleste…) qui expriment la richesse des représentations de Dieu et l’incapacité d’en enfermer la perception dans des concepts trop rigides.

Au total, l’ouvrage, conservant le style oral et le ton de la conversation, permet d’introduire le lecteur à des sujets techniques et difficiles. Il montre le caractère toujours inachevé d’une recherche « en chemin ».

Yves Dupuy


[1] Pour en savoir plus sur le Pentateuque, cf cliquez-ici