Recension

Titre

Salaam Palestine

Sous titre

(Carnet de Voyage) en Terre d’Humanité

Auteur

Texte : Véronique Massenot | Dessins : Bruno Pilorget | Photos : Marc Abel

Type

livre

Editeur

La boîte à bulles, juin 2013

Nombre de pages

232

Prix

29 €

Date de publication

18 avril 2014

En savoir plus

Salaam Palestine

Abondamment illustré de dessins et photos qui en accompagnent  le texte,  Salaam Palestine  se présente comme un album consacré aux rencontres faites en Palestine, en octobre 2009 par ses trois auteurs. Véronique Massenot, écrivaine, auteur de nombreux livres pour les enfants et la jeunesse[1], Bruno Pilorget, dessinateur,  et Marc Abel, photographe,  avaient répondu à l’invitation du Consul général de France à Jérusalem, et des Centres culturels français qui y sont implantés.

Leur projet, monté en partenariat avec le « Rendez-vous du carnet de voyage » de Clermont-Ferrand, consistait à réaliser un échange artistique franco-palestinien.

Présentant en plusieurs villes (Hébron, Ramallah, Jérusalem, Naplouse…) une exposition de leurs travaux, dont les dessins d’un précédent voyage en Palestine de Bruno Pilorget, ces trois auteurs ont tiré parti des accueils et vernissages organisés par les Centres culturels, pour aller à la rencontre de Palestiniens de tous milieux, dans leurs maisons, leurs quartiers, leurs villages. Tandis que Véronique Massenot  nous restitue avec simplicité et empathie le contenu des échanges, Bruno Pilorget dessine visages et lieux, et Marc Abel restitue par ses photos très sobres le cadre et l’atmosphère des rencontres et des villes.

L’ensemble de ces témoignages s’allie avec justesse et harmonie, comme le ferait une œuvre jouée par un trio de musiciens de talent,  et suscite beaucoup d’émotion.

Au long des pages et des villes, à travers les vies racontées avec pudeur et amitié, c’est une Palestine au quotidien qu’ils nous font rencontrer. Les interviews et les portraits, en pleine page et couleurs douces ou chaudes,  font se succéder des jeunes, lycéens et étudiants, des adultes, souvent engagés  au service de leur peuple ou de la compréhension entre les peuples.

A côté de leur histoire personnelle qui résonne avec celle de leur pays, et de l’évocation de leurs projets et de leurs rêves, le récit et les images du livre nous font partager aussi tout ce qui donne couleur et saveur au quotidien : les bons plats offerts et leurs recettes, l’animation des marchés, les jeux des enfants et les échoppes des artisans.

Ne sont pas oubliés le Mur, les check-points, la surveillance militaire, les entraves aux déplacements au sein des territoires, les menaces ou agressions par certains colons. Et nombre de personnes rencontrées évoquent la perte d’une maison d’enfance, les emprisonnements subis, et plus simplement la discrimination dans leur vie quotidienne, l’incertitude pour l’avenir.

Mais ce qui traverse le  livre comme un grand souffle, c’est la volonté de beaucoup des Palestiniennes et  Palestiniens rencontrés de ne pas en rester à cet aspect tragique. Ce sont aussi leurs actions pour ouvrir des horizons  et « construire des ponts »: par l’éducation, par la culture et l’art notamment, comme s’y attachent plusieurs centres ou associations tournés  vers les enfants et les jeunes (tel« Project Hope »), afin que ces enfants « ne grandissent pas dans la haine », ainsi que l’explique Amal, physiothérapeute à l’hôpital de Bethléem.

On est en particulier pris d’admiration en découvrant la détermination de la famille Nassar, au sommet d’une colline proche de Bethléem, pour protéger ses terres ancestrales contre le grignotage insistant et parfois brutal d’une colonie juive toute proche. Décidés pourtant à ne pas vivre avec eux  comme des ennemis, malgré les avanies multiples qu’ils affrontent avec le soutien des volontaires internationaux de « Tent of Nations » qui viennent les assister, ils multiplient les gestes d’ouverture qui débouchent parfois sur de très belles rencontres avec certains des colons, et organisent des sessions formant au dialogue, à la tolérance.

Ce livre permet ainsi de découvrir à la fois les réalités d’une Palestine au quotidien, et la force de l’espoir et de la volonté de paix qui animent tant de Palestiniens. C’est donc une très émouvante initiation aux réalités de la Palestine, pour qui veut ne pas se limiter aux hauts-lieux et circuits touristiques ou spirituels, mais aussi connaître et comprendre de l’intérieur ce que vivent ses habitants.

Salaam Palestine a reçu de nombreux prix : grand prix Michelin au « Rendez-vous du carnet de voyages » 2013, prix du Club de la Presse Auvergne, Coup de Cœur de Médecins sans Frontières.

Bertrand Wallon


[1] De Véronique Massenot, voir notamment le très beau roman pour jeunes :

Soliman le pacifique, journal d’un enfant dans l’intifada  publié en 2008 par Hachette au Livre de Poche Jeunesse (4,70 €