Titre

Principal de collège ou imam de la République ?

Auteur

Bernard Ravet ; avec Emmanuel Davidenkoff

Type

livre

Editeur

Kero, Paris, 23 août 2017

Nombre de pages

235

Prix

16,90 €

Date de publication

8 avril 2018

Principal de collège ou imam de la République ?

Ce livre relate l’expérience d’un principal de collège qui a exercé ses fonctions dans trois établissements des quartiers nord de Marseille[1]. La population y est très défavorisée et la plupart des familles ont des origines étrangères. Certains enfants peuvent cumuler des difficultés scolaires, familiales et sociales. Le quartier est aussi marqué par l’appartenance de beaucoup à l’islam et par l’activisme de quelques-uns qui contestent les enseignements scientifiques, qui poussent les filles à porter le voile ou qui veulent maintenir les filles dans un statut d’infériorité. Le collège se voit ainsi contraint de défendre en permanence une laïcité souvent remise en cause. Et il y réussit.

Bernard Ravet relate ainsi un quotidien fait de beaucoup d’incidents : bagarres, dégradation de matériel, difficultés à enseigner dans les classes, absentéisme, mépris des filles, enfants maltraités dans leur famille. La violence est omniprésente et mobilise une bonne partie des énergies. Le quotidien est difficile à gérer mais l’auteur évoque aussi les victoires obtenues, les réussites individuelles de certains élèves, le succès de projets menés par des enseignants ou encore la confiance obtenue des familles ou des différents acteurs du quartier. Le collège est agité mais il reste un lieu de citoyenneté et de respect des règles établies.

Bernard Ravet a su nouer des relations de confiance avec la police, relations bien utiles pour faire face à certaines situations. Mais il dénonce aussi le silence assourdissant de sa propre hiérarchie qui le laisse seul face aux difficultés rencontrées et aux questions que se pose le chef d’établissement.

Pour avoir exercé les mêmes fonctions dans un établissement aux caractéristiques très proches, je me reconnais dans les événements relatés dans cet ouvrage. L’auteur donne une idée assez précise de tout ce qu’un chef d’établissement est amené à gérer. Je fus hélas confronté aux mêmes difficultés. A cette différence près que je ne me suis jamais senti seul dans la tempête, oublié de l’institution. Mes interrogations sont de deux natures :

La première porte sur le peu de place accordé par l’ouvrage à la question des apprentissages. Le sujet n’est véritablement abordé que dans les toutes dernières pages. Certes il est difficile d’enseigner quand les élèves se trouvent en situation d’échec et quand les incivilités se multiplient au sein du collège. Il n’en reste pas moins que la réussite des élèves doit rester la préoccupation centrale. La pacification de l’ambiance est essentielle mais c’est par la mobilisation des élèves sur leurs apprentissages que l’école peut retrouver sens. Des enseignants font la preuve que des projets pédagogiques peuvent être mobilisateurs. Plus facile à dire qu’à faire, il est vrai.

La seconde concerne la laïcité. Bernard Ravet développe une position très défensive pour faire barrage à toutes les tentatives de ceux qui exercent de fortes pressions pour faire entrer la religion à l’école sous quelque forme que ce soit. Et on le comprend bien quand on sait la mobilisation de certains intégristes. Mais cette position ne doit pas aboutir au rejet de tous ceux qui, se retrouvant dans l’islam, sont tout à fait respectueux des pratiques de la République.

Reconnaissance et défense contre le prosélytisme. L’équilibre est délicat mais il est nécessaire.

Ce livre donne idée de ce qui se joue quotidiennement dans ce qui apparait souvent comme le dernier rempart de la République au sein de certains quartiers. C’est à ce titre qu’il faut le lire.

Nicolas Renard

 

[1] Bernard Ravet est né en 1953. Retraité depuis 2015, il a été principal pendant quinze ans dans des collèges du centre-ville et des quartiers Nord de Marseille. Il était l’un des 3 invités de l’émission Rue des écoles, sur France Culture, le 10/09/2017, sur L’islamisme menace-t-il l’École ? (durée : 58 mn).
On pourra écouter aussi l’émission Répliques du 30/12/2017, sur La laïcité, ici et ailleurs (durée : 52 mn).