Recension – Chrétiens d’Orient / Mgr Pascal Gollnisch

Titre : Chrétiens d’Orient

Sous-titre : Résister sur notre terre

Auteur : Mgr Pascal Gollnisch

Editeur : Cherche-Midi, 2016.- 184 p.-16 €

Collection : Documents

 

Dans ce livre consacré aux chrétiens d’Orient, avec le sous-titre très explicite « Résister sur notre terre », Monseigneur Pascal Gollnisch[1] nous livre un témoignage et une analyse fondés sur l’exceptionnelle expérience qu’il a acquise, comme directeur général de L’Œuvre d’Orient,  au contact quotidien d’hommes et de femmes bousculés et meurtris par les conflits du Proche et du Moyen-Orient, au cours de ses rencontres avec des responsables religieux de très haute qualité (comme Mgr Louis-Raphaël Sako[2], le patriarche chaldéen), et en dialogue avec de hautes autorités diplomatiques et politiques de notre pays.

C’est un livre où Mgr Gollnisch se livre lui-même, dans son parcours de prêtre qui lui a fait découvrir progressivement l’Orient et ses églises, et en connaître intimement la vie, les blessures et les espoirs. Il nous livre aussi, de façon argumentée, de précieuses clés pour la compréhension de l’histoire et de l’actualité, et pour en discerner l’avenir.

En rappelant les grandes étapes de l’histoire des chrétiens d’Orient, il souligne leur attachement à leur terre qui a vu naître le christianisme, la force de leur identité et de leur spiritualité, comme la qualité des services qu’ils rendent, notamment dans l’éducation et la santé, au sein de pays à majorité musulmane. Le « tour d’horizon des situations chrétiennes en Orient »  qu’il effectue (pages 66 à 90) montre toutefois à quel point leur situation est difficile, ou souffre de réelles discriminations, dans la plupart des pays d’Orient ; quand ce n’est pas leur vie elle-même qui est directement menacée, comme celle des autres minorités religieuses, dans les pays atteints par les conflits les plus meurtriers : Irak et Syrie.

Et pourtant, la place de ces chrétiens est sur ces terres où ils aspirent à rester ou à pouvoir revenir, si les conditions indispensables de sécurité y sont rétablies. Dans le cas contraire, souligne Mgr Gollnisch, la disparition des chrétiens et des autres minorités religieuses marquerait la fin du pluralisme dans les pays arabes, avec des conséquences dramatiques là-bas comme ici. Ce serait la voie ouverte à des conflits entre des Etats totalement mono-confessionnels et antagonistes, dont les heurts et les conflits ne tarderaient pas à embraser toute la Méditerranée, ce dont l’Europe ne serait pas à l’abri. Et comment réussir alors dans nos pays à intégrer ces réfugiés d’Orient et les communautés musulmanes dans  une société sereine, à la fois laïque et multiconfessionnelle ?

Il n’y a pas d’autre alternative que d’œuvrer, par tous les moyens, à restaurer la paix dans ces pays, et à y construire des Etats où soit assuré le respect des libertés essentielles : alternance politique, liberté d’expression, liberté de culte. Cela passe nécessairement par un changement de  regard de l’islam sur les non-musulmans[3], et une séparation du politique et du religieux, dans le cadre d’une laïcité avec des formes adaptées aux pays arabes.

Une très intéressante présentation des églises catholiques orientales, sous forme de fiches pratiques, complète utilement cet ouvrage, qui  sait associer engagement et raison, lucidité et espérance.

 

Bertrand Wallon

[1] On pourra l’entendre dans l’émission Chrétiens d’Orient du 14/08/2016 où il était l’invité de Sébastien de Courtois : http://www.franceculture.fr/emissions/chretiens-dorient/chretiens-dorient-dimanche-14-aout-2016

[2] Cf. Son livre : Ne nous oubliez pas : le S.O.S. du Patriarche des chrétiens d’Irak : http://www.chretiensdelamediterranee.com/livre/recension-ne-nous-oubliez-pas-mgr-louis-raphael-sako/ et ses nombreuses interventions relayées par notre site : http://www.chretiensdelamediterranee.com/?s=Mgr+Sako

 

[3] Une étape de ce changement de regard sur les non-musulmans  vient d’être marquée par la Déclaration de Marrakech sur le droit des minorités religieuses dans le monde islamique (27 janvier 2016), dont les effets restent toutefois à concrétiser : http://habous.gov.ma/fr/annonce-et-activit%C3%A9s-minist%C3%A8re/3107-d%C3%A9claration-de-marrakech-les-droits-des-minorit%C3%A9s-religieuses-dans-le-monde-islamique-%C2%BB.html