Titre

Sacrées questions...

Sous titre

Pour un islam d’aujourd’hui

Auteur

Faouzia Charfi

Type

livre

Editeur

Odile Jacob, Paris, janvier 2017

Nombre de pages

252

Prix

22,90 €

Date de publication

15 juin 2018

Sacrées questions…

Cette femme de conviction, physicienne et professeur à l’Université de Tunis, n’en est pas à son premier ouvrage. Forte de sa compétence scientifique, elle a publié, en 2013, aux mêmes éditions, un premier livre, intitulé : La science voilée1 où elle dénonce les courants créationnistes qui aujourd’hui tentent de concilier théories scientifiques et texte coranique.

Qui plus est, Faouzia Charfi est nommée secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur, au sein du gouvernement provisoire de janvier 2011, dans la foulée de cette révolution tunisienne dont on connaît toutes les répercussions dans le monde arabe. Elle en démissionne peu après pour reprendre sa liberté de parole et d’action. Elle la mettra notamment au service de l’écriture de ce nouvel ouvrage qui est un vibrant plaidoyer pour un islam en phase avec la modernité.

Pour ce faire, elle choisit d’interroger les sources de la tradition religieuse musulmane en se replongeant dans la lecture des penseurs arabes, islamologues, juristes ou historiens. Sur deux chapitres, elle déploie toute la complexité du rapport entre texte coranique, hadith et charia, ce travail d’élaboration de normes juridiques qui s’est fait au cours des siècles et s’est fossilisé aujourd’hui en un carcan de règles léguées par l’histoire. Elle interroge aussi l’histoire des courants de pensée, en montrant que le réformisme musulman, courant ouvert du début du XXe siècle, s’est trouvé dépassé par les promoteurs de l’islam politique, effaçant l’islam traditionnel au profit de l’islamisme.

Ce début d’ouvrage, relativement classique, permettra à des non connaisseurs de la tradition musulmane de raffermir leur socle de connaissances, mais c’est dans la suite du livre que l’auteur dévoile l’originalité de sa pensée et de ses convictions. En s’intéressant plus au terrain tunisien qu’elle connaît parfaitement et dans lequel elle a été fortement impliquée sur le plan politique, elle analyse très concrètement ce en quoi l’émergence de l’islamisme menace l’héritage si particulier de la Tunisie.

Elle développe, tout d’abord, toute l’originalité de l’expérience tunisienne, marquée par l’héritage de Bourguiba2, et déjà précédé par des penseurs progressistes comme Tahar Haddad3, auteur en 1929 d’un ouvrage intitulé Notre femme dans la charia et la société, véritable plaidoyer pour l’émancipation des femmes. Faouzia Charfi évoque aussi un certain nombre d’inquiétudes comme le retour du voile, le ramadan pris en otage, l’islamisation de l’éducation. Deux chapitres sont ensuite consacrés l’un à la question de l’égalité successorale entre homme et femme, déjà proposée en son temps par Bourguiba, et toujours à l’ordre du jour, l’autre au rapport de la tradition musulmane à la science avec la question du mode de fixation du début de ramadan.

Le dernier chapitre, plus original, porte sur le rapport du monde musulman à l’image, où Faouzia Charfi plaide, de façon intéressante, pour une résistance par l’art contemporain et pour la réappropriation de la rue par celui-ci. Cette réflexion témoigne bien des acquis de la révolution de 2011 qui ont contribué à faire naître sa conviction : « Permettre à l’art de s’imposer dans la sphère publique, pour poser des questions, construire ensemble un espace où les rêves sont possibles ».

Ce livre attachant car personnel dans beaucoup de ses propos, est écrit pour un large public. On le lira avec grand plaisir, comme le résultat de la réflexion d’une femme scientifique et féministe, attachée à sa tradition, et qui plaide, par ses convictions, pour un islam ouvert à la modernité4 !

Bénédicte du Chaffaut

1 La science voilée / Faouzia Charfi .- Paris : Odile Jacob, mai 2013
2 Habib Bourguiba (1903-2000)
3 Tahar Haddad (1899-1935) à l’avant-garde du féminisme (Jeune Afrique, 11/12/2015)
4 On pourra écouter Faouzia Charfi, invitée de Thierry Lyonnet, dans l’émission Visages sur RCF, le 17/08/2017 (durée : 55 mn)