Recension

Titre

Sur le chemin de Guiragos

Auteur

Pascal Maguesyan

Type

livre

Editeur

Paris : Union internationale des organisations terre et culture (UIOTC), mai 2017

Nombre de pages

274 p

Prix

15 €

Date de publication

27 septembre 2017

Sur le chemin de Guiragos

 

 

Ce livre est  le récit d’un périple entrepris, entre juillet et août 2015, comme un devoir de mémoire. 100 ans après le génocide arménien, Pascal Maguesyan[1], l’auteur, a marché entre Ani, l’ancienne « Rome » du Royaume d’Arménie, située aujourd’hui en Turquie, et Diyarbakir, la « Capitale » des Kurdes turcs, qu’il ne pourra, hélas, rallier à cause des conflits actuels qui minent la région : guerre turco-kurde, présence de groupes islamistes, insécurité permanente.

Il a marché  pour que le monde n’oublie pas le massacre de 1,5 millions d’Arméniens, hommes, femmes, enfants, victimes, entre 1894 et 1915,  de la barbarie d’un empire turco-ottoman, alors en déclin.

En trente-deux chapitres, ce petit-fils d’anciens rescapés du massacre, nous fait revivre par les mots la grandeur de cette  civilisation arménienne aujourd’hui en souffrance : églises abandonnées, monastères vidés de leurs moines, villages rebaptisés en langue turque. Au fil de la lecture, les paysages surgissent et frappent nos esprits : le Mont Ararat, le lac de Van, l’île d’Aghtamar. Un  témoignage qui reconstruit l’histoire de l’Arménie, et de ceux qui l’ont écrite : le poète Varoujan, Tamar la beauté légendaire, ou le roi Tiridate IV, qui, en 301, fit de l’Arménie une nation chrétienne…

Rien d’une ballade funéraire que ce voyage de Maguesyan, mais une méditation  puissante adressée à la diaspora arménienne, afin que persiste la lutte, au-delà des générations, pour la reconnaissance du génocide.

Dans ce combat, l’auteur n’oublie pas non plus cette génération minoritaire de Turcs, qui, contrairement à leurs dirigeants, appelle à la repentance. L’écrivain Yachar Kemal qui a contribué à sauver de la destruction  l’église de Sainte-Croix d’Aghtmar, joyau du christianisme arménien, ou encore Ayse, son amie turque qui « lui a demandé pardon, pour ce que son pays avait infligé aux Arméniens. »

Une repentance indispensable pour rétablir la confiance, et aboutir enfin à une paix sans retour. Ce jour-là, écrit l’auteur, « la vérité aura été publiquement dite, et la justice pour le génocide arménien aura été rendue. Ce jour-là une réconciliation deviendra possible…  Turcs et Arméniens pourront alors restaurer l’unité propre au genre humain.»

Sur le chemin de Guiragos est un voyage où se côtoient le drame et l’espérance.

Luc Balbont

[1] Pascal Maguesyan, journaliste, auteur-photographe, auteur de : Chrétiens d’Orient : ombres et lumières.- Thaddée, 2013, cf. Sa recension sur notre site ; Anaphora, sentier de vie.- Anaphora, 2014 ; il a contribué au livre collectif : Du génocide des Arméniens à la Shoah.- Privat, 2015. Il était l’invité de la Radio Lyon 1ère, le 18/11/2015, on peut l’écouter parler de sa marche sur la route des déportés :  Sur le chemin de Guiragos (12 mn).