La paroisse orthodoxe de Nice meurtrie par l’attentat

La paroisse orthodoxe de Nice meurtrie par l’attentat

Le sacristain de la cathédrale orthodoxe Saint-Nicolas de Nice a été tué dans l’attentat du 14-juillet, ainsi qu’un couple ami du recteur de la cathédrale.

Mgr Nestor de Chersonèse, évêque du diocèse orthodoxe du Patriarcat de Moscou en France, a célébré, dimanche matin 17 juillet, une divine liturgie à la cathédrale Saint-Nicolas de Nice, suivie d’un office des morts à la mémoire des victimes de l’acte terroriste barbare.

La petite communauté orthodoxe-russe, très anciennement implantée à Nice, a en effet été particulièrement touchée, trois de ses membres ayant été tués dans l’attentat.

La cathédrale déplore en particulier la mort de son sacristain, Igor Chelechko, un Belge d’origine russe de 48 ans, ancien militaire de l’armée soviétique et père de quatre enfants, qui avait également reçu l’ordination de lecteur.

« Une femme très intelligente et gentille, très bonne, très croyante »

Natalia Otto et Roman Ekmalyan, un couple d’amis proches du recteur de la cathédrale, l’archiprêtre Andrey Elisseev, et fidèles de l’église de la Nativité à Anvers (Belgique) où Natalia, 57 ans, enseignait la religion orthodoxe aux enfants de l’école du dimanche, ont également péri.

« Lorsque le feu d’artifice s’est terminé, je suis retourné à la voiture, a témoigné le P. Elisseev à la télévision russe. À peine à l’intérieur, j’ai entendu tirer, des cris, des gens tombaient au sol. Un jeune Français a couru vers moi et m’a dit qu’un camion reversait les gens mais je ne l’ai pas vu. Ensuite, je suis allé chercher mes amis. Il y avait des dizaines de cadavres sur l’asphalte. Malheureusement, j’ai trouvé mes deux amis morts. »

Le P. Elisseev décrit Natalia Otto, Kazakhe d’origine russe, comme « une femme très intelligente et gentille, très bonne, très croyante » tandis que son mari, Géorgien d’origine arménienne, « était un homme très intelligent, dans tous les domaines, intéressé par l’histoire, la politique… C’était utile et intéressant de discuter avec lui ».

Centre d’aide à la cathédrale russe

Cinq visiteurs russophones de la ville de Nice seraient également au nombre des disparus.

Un centre d’aide a été mis en place à la cathédrale où les clercs du diocèse de Chersonèse apportent le réconfort spirituel, ainsi qu’une aide administrative aux personnes en souffrance.

De son côté, la paroisse russe Saint-Nicolas-et-Sainte-Alexandra, qui dépend de l’archevêché des paroisses russes en Europe occidentale (sous la juridiction du Patriarcat de Constantinople) ne déplorerait pas de morts. « Mais au moins trois paroissiens ont échappé au camion et sont, évidemment, très choqués », témoigne une responsable de la paroisse.

Nicolas Senèze (avec Egliserusse.eu, Life.ru et AFP)