La leçon des évêques aux responsables politiques

Dans un texte général sur la politique publié jeudi, le conseil permanent de la Conférence des évêques de France estime qu’il faut « redéfinir » le contrat social.

Les futurs candidats à l’élection présidentielle trouveront bientôt dans leur boîte aux lettres une adresse « aux habitants de notre pays » qui établit un sombre diagnostic sur la santé politique de la France et attribue aux responsables publics une large responsabilité dans cette situation. Il est dressé par les dix membres du conseil permanent de la Conférence des évêques de France (CEF), émanation de l’assemblée générale de l’épiscopat catholique, qui regroupe les quelque 120 évêques français.

Ce conseil permanent publie, jeudi 13 octobre, un texte général sur la politique présenté comme le plus important de ces vingt dernières années. Il est intitulé : Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique (Bayard, Cerf, Mame, 94 pages, 4 euros) et, étant destiné non pas aux seuls catholiques, mais à l’ensemble de la population, il sera diffusé en librairie.

Les évêques y travaillent depuis le mois de mai, avec l’objectif de le faire paraître à l’orée de cette année d’élections majeures. Ils y décrivent un pays sorti en piteux état des mutations de tous ordres des dernières décennies, au point d’en conclure que « ce qui fonde la vie en société est remis en cause » aujourd’hui. « Le contrat social, le contrat républicain permettant de vivre ensemble sur le territoire national, ne semble donc plus aller de soi », résument les évêques. Il faut aujourd’hui le « redéfinir ».

« Absence de projet ou de vision à long terme »

Les premiers responsables de cette déliquescence seraient les gouvernants. Paroles non tenues, discours gestionnaires, manœuvres, calculs et surtout « absence de projet ou de vision à long terme » sont mis en avant sans pitié et sont jugés « injustifiables » et « insupportables ».

Les prélats qui, notamment grâce au tissu associatif catholique, ont une large perception des réalités sociales, constatent les ravages politiques des situations d’exclusion et de précarité, mais aussi de la marginalisation économique des jeunes, notamment à cause d’un avenir devenu pour beaucoup « indéchiffrable ».

« Dans toutes ces situations, les valeurs républicaines de liberté, égalité, fraternité, souvent brandies de manière incantatoire, semblent sonner creux pour beaucoup de nos contemporains sur le sol national. »

L’aspect le plus frappant du travail des responsables de la CEF, et aussi celui qui fera sans doute le plus débat au sein même du catholicisme, concerne leur réflexion sur la nation, les identités, la citoyenneté, des thèmes qui sont aujourd’hui au centre du débat de la primaire de la droite et du centre, mais aussi à gauche. Le document de l’épiscopat prend résolument parti pour une redéfinition « de ce que c’est d’être citoyen français ».

Il constate que « l’idée d’une nation homogène, construction politique constituée souvent à marche forcée, en centralisant et unifiant de manière autoritaire » et qui « impliquait que les particularités communautaires et surtout religieuses ne soient pas mises en avant » a été « bousculée par la mondialisation ».

Elle doit nous conduire à redéfinir le pacte national de manière à pouvoir« gérer la diversité dans notre société ». Cela seul permettra l’insertion, dans la nation, des différences culturelles et religieuses, et des personnes issues de l’immigration qui « ont parfois du mal à se sentir partie prenante au contrat social », mais aussi l’émergence des « liens d’unité au cœur même de cette diversité ».

Un premier test pour l’accueil de ce document par les diverses familles du catholicisme pourrait avoir lieu en novembre, lors de l’assemblée d’automne de l’épiscopat, à Lourdes (Hautes-Pyrénées). Il y sera notamment question de relations avec l’islam, avec la présence du cardinal Jean-Louis Tauran, président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Par Cécile Chambraud