A l’ONU, une journée inédite pour les migrants / La Croix

Les 193 pays membres de l’ONU devaient approuver le 19 septembre une déclaration politique sur le « respect des droits » des réfugiés et des migrants. Elle restait toutefois floue et peu contraignante

 

Côté pile, on insistait le 19 septembre sur une journée « sans précédent » consacrée aux réfugiés et aux migrants, la veille de l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies qui rassemble chaque année les dirigeants du monde entier à New York. Côté face, on pouvait ne voir là que des grands mots destinés à se donner bonne conscience devant une crise sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, on dénombre 65 millions de personnes déplacées dans le monde, dont 21 millions de réfugiés.

Le 19 septembre, donc, à l’initiative du secrétaire général de l’ONU, les délégués des 193 pays membres de l’organisation devaient approuver une « déclaration de New York. » Sous un nom ronflant, il s’agit de l’une des formes les moins contraignantes de documents diffusés par les Nations unies. Cette déclaration politique met l’accent sur « le respect des droits fondamentaux » des migrants, la coopération contre le trafic ou l’accès à l’éducation pour les enfants déplacés. Elle ne contient ni objectifs chiffrés, ni engagement sur la répartition du « fardeau ».

Une version antérieure engageait plus les États

Ban Ki-moon avait bien suggéré que les pays accueillent chaque année 10 % du total des réfugiés, aux termes d’un « pacte mondial ». Au fil des négociations, cet objectif a été gommé et le « pacte » a été renvoyé au mieux à 2018. La présidente de Médecins du monde, Françoise Sivignon, remarquait le 19 septembre, depuis New York, qu’« en juillet, la version du document engageait beaucoup plus les États concernant la réinstallation de ces réfugiés ».

« En Europe, nous parlons d’une crise sans précédent. Mais, comment les dirigeants européens peuvent-ils dire qu’ils sont dépassés alors qu’ils n’accueillent que 6 % des déracinés ? 82 % d’entre eux vivent dans des pays en développement. La proportion est de 1 réfugié pour 1 000 Européens, quand elle est de 1 réfugié pour 4 Libanais, par exemple », souligne Fanny Petitbon, chez Care France. Son ONG a été l’une des trente organisations associées au processus de rédaction de la déclaration approuvée à New York. « Nous avons investi du temps et de l’énergie dans ce travail intensif de six mois, pour n’être finalement qu’écoutés », résume Fanny Petitbon.

Les ONG ont de nombreux regrets

Pourtant les sujets ne manquent pas. Il y a l’accueil des migrants qui partent sur les routes vers l’Europe. Les images de l’hiver 2015-2016, notamment dans les Balkans, pourraient être bientôt de retour. « Nos conditions d’accueil sont en dessous des standards minimums », note Fanny Petitbon. Ensuite, la question de la mise en détention des migrants mineurs a été éludée dans le texte onusien. « Un enfant, ça ne s’enferme pas. Même en dernier ressort », résume Françoise Sivignon. Les ONG soulignent également que la nécessité « d’assistance » envers les migrants a été préférée au terme plus contraignant de « protection ». Enfin, « cette déclaration de New York » aurait pu être l’occasion de donner un « statut particulier aux migrants, comme cela est le cas pour les réfugiés depuis la Convention de Genève depuis 1951 », souligne la présidente de Médecins du monde.

Le 20 septembre, ce sera au tour du président Barack Obama d’aborder le sujet. À New York, il a invité une quarantaine de pays donateurs qui vont promettre d’accueillir davantage de réfugiés, de leur offrir des possibilités d’éducation et d’emploi et d’accroître l’aide aux principaux pays d’accueil souvent débordés. Plus de la moitié de ces réfugiés vivent dans huit pays à faibles ou moyens revenus, comme la Jordanie, la Turquie, le Kenya ou l’Éthiopie.

Le 19 septembre, l’OCDE – qui regroupe les pays industrialisés – a invité « les gouvernements à lutter contre le rejet de l’immigration », à l’occasion de la publication de ses « perspectives des migrations internationales ». Jean-Christophe Dumont, l’un des rédacteurs, suggère : « il faut dire aux gens qu’ils ne vont pas être submergés, expliquer quelles dynamiques la migration peut amener ». Certains l’ont compris, comme le Canada où « tout un effort est fait en amont dans les communautés pour anticiper l’accueil des migrants ». Il rejoint ainsi les propos de Monseigneur Robert Vitillo, membre de la délégation du Saint-Siège à la conférence d’hier sur les réfugiés. Pour ce dernier, le problème des réfugiés ne peut être résolu par les seuls gouvernements. Il nécessite « une approche de solidarité de la part de la société civile et des organisations religieuses ».

______________________________________

Le rendez-vous des dirigeants du monde

L’Assemblée générale de l’ONU est un rendez-vous diplomatique annuel qui rassemble les dirigeants du monde entier à New York en septembre.

Elle se tient sous très haute sécurité dans une ville qui a été le théâtre d’un attentat à la bombe le 17 septembre, non revendiqué, qui a fait 29 blessés.

Chacun des 193 chefs d’État à la possibilité de s’exprimer brièvement à la tribune de l’ONU. Barack Obama s’adresse pour la dernière fois à l’Assemblée. Michel Temer, le président brésilien, prononce le premier discours du 20 septembre, juste avant lui.

L’iranien Hassan Rohani, le Palestinien Mahmoud Abbas et l’Israélien Benjamin Netanyahu se succéderont à la tribune en l’espace de quelques heures le 22 septembre.